Vous êtes ici : Accueil > Actu-Deco > 
Voir les actus de la famille
Giverny : maison de Claude Monet

La Fondation Claude Monet propose à chacun de partager l’intimité du maître des lieux dans sa maison, d’y découvrir, tels ses amis d’antan, l’exceptionnelle collection d’estampes japonaises, de s’enthousiasmer comme il le faisait devant l’incroyable richesse des floraisons du Clos Normand, d’éprouver l’émotion intacte délivrée par le Jardin d’Eau ; de vivre un temps à part, baigné dans cette lumière si particulière qu’il avait su recréer dans ces tableaux.

La maison, comme si Monet était là : Il faut imaginer la maison résonnant des cavalcades des huit enfants, des allées et venues de Claude Monet entre son premier atelier et son cher jardin,l’atmosphère fiévreuse qui régnait dans la cuisine dès le matin quand les légumes arrivaient tout frais du potager que le peintre possédait dans le village, les retours de marché, les arrivées des amis venus de Paris.
La maison évolue au gré des aménagements que Claude Monet entreprend. Côté jardin, une longue terrasse en bois est construite de manière à supprimer les volées de marches en pierre par lesquelles on accédait aux pièces du rez-de-chaussée, surélevé de ce côté par rapport au jardin.

Au rez-de-chaussée : le « salon bleu », « l’épicerie », le salon-atelier. Une fois l’entrée franchie, la première pièce est le salon de lecture encore appelé « petit salon bleu » en raison des deux tons de bleu qui prédominent, il communique avec « l’épicerie » où l’on se défaisait des manteaux et chapeaux et où étaient entreposées les précieuses denrées telles que le thé, l’huile d’olive ou encore toutes sortes d’épices ; puis vient le premier atelier. C’est là que Monet travaille jusqu’en 1899, avant qu’il ne transporte chevalets et châssis dans un bâtiment à l’extérieur de la maison. Libérée, cette pièce devient un salon chaleureux, où les conversations vont bon train au moment de prendre le café confortablement installés dans les sièges en rotin de style anglais et canapés, parmi les objets familiers, les photographies et les toiles du maître (aujourd’hui des reproductions).

Au premier étage : les appartements privés. Un premier escalier mène à l’étage dans un couloir où donnent les pièces privées. D’abord la chambre de Monet où le bureau à cylindres du 18e siècle est toujours à sa place ainsi qu’une commode. Paulette Howard-Johnston, la fille du peintre Paul Helleu, évoque le souvenir de la chambre de Monet : « …tous les murs étaient couverts de tableaux. Je comptai onze Cézanne, quatre Manet ! Par Renoir : les deux portraits de Claude et de Mme Monet, Mme Monet lisant Le Figaro, une Algérienne, la Casbah, et deux études de nus ; un Degas ; des Jongkind ; un Corot ; les portraits par Sargent de Monet… ». Par la fenêtre de sa chambre, Monet pouvait respirer les délicieuses effluves libérées par son rosier grimpant favori : Rosa ‘Mermaid’ entrelacé à la vigne vierge qui couvrait le mur. Couché tôt, au plus tard à vingt et une heures, Monet se lève aux aurores, se rend dans sa salle de bains où il sacrifie volontiers au rite du « tub » qu’il prend froid. La visite se poursuit par la chambre et le cabinet de toilette qu’occupait Alice, la chambre donnant sur une minuscule pièce destinée aux travaux de couture. À ce propos, des nappes damassées cousues ensemble tapissent les murs des deux chambres.

Au rez-de-chaussée : la salle à manger, la cuisine. Après avoir emprunté un nouvel escalier au centre de la maison, le visiteur découvre sur sa gauche la salle à manger, aujourd’hui reconstituée dans ses moindres détails. Pas un tableau de Monet sur les murs, mais une foule d’estampes japonaises. C’est là qu’il prend un solide petit déjeuner, souvent en compagnie de sa belle-fille Blanche avant de partir peindre soit dans la campagne soit depuis son bateau-atelier amarré à deux pas du Jardin d’Eau, dans l’Ile aux Orties. Sur la table, le service semble attendre son retour. La dernière pièce, la cuisine, elle aussi semble prête à revivre l’excitation qui présidait au moment des repas.

Rien n’a changé depuis le départ de Monet, l’immense cuisinière aux multiples fourneaux, les ustensiles de cuivre rutilent de tous leurs feux… Peut-être suffit-il de fermer les yeux pour partir dans un voyage imaginaire à la table de Claude Monet ?

Source article : DP Fondation Claude Monet Giverny
84, rue Claude Monet - 27620 Giverny
T. 02 32 51 28 21 / Fax 02 32 51 54 18
Visitez le site de la FONDATION CLAUDE MONET        contact@fondation-monet.com

Révélez vos talents à nos visiteurs !
Mon Univers2deco vous permet de créer un espace personnel afin de partager et publier vos créations,
Déjà inscrit(e) ? Identifiez-vous :
E-mail  
Mot de passe
> NOUVEAUX PRODUITS DE LA BOUTIQUE
> NOS DERNIERES VIDEOS
> DECOUVREZ TOUS LES TUTORIELS FOFUCHAS
Associations, artistes, artisans
faites-vous connaitre via notre annuaire professionnel
> Je m'inscris
Déjà inscrit(e) ? Identifiez-vous :
E-mail  
Mot de passe
Gâteau d'anniversaire en papier

Carte 3D - Belle fleur d'anémone

Films rétractables : shabby chic

Peindre des boutons de roses

Singes, fleurs arbres en fil chenille

> NOUVELLES VIDEOS
Découvrez nos dernières vidéos
www.femme2deco.com/videos/
> TABLEAUX TENDANCE
Découvrez notre nouvelle rubrique
www.femme2deco.com/index.php/tableaux/tableaux
> TECHNIQUE DU 3D
Images et planches pour la carterie
www.femme2deco.com/index.php/loisirs-creatifs-categorie-2/technique-3d-categorie-185
> FABRIQUEZ VOS BIJOUX
Découvrez les perles et accessoires
www.femme2deco.com/index.php/bijoux-categorie-246
Copyright C 2008 Femme2decoTV.com - Tous droits réservés           Qui sommes-nous ?  - Contact